Un site utilisant WordPress.com

Le Père Noèl et la Physique !

 
 
On peut raconter ce qu’on veut ,
le Père Noèl s’en fiche !
 

J’aime po Noèl !

..

 Puisque cela intéresse tout le monde, et pas seulement les plus jeunes (on entend bien dire à propos de gens qui ont passé l’âge «Celui-là il croit au Père Noël»). Il est facile de dire que le PèreNoël n’existe pas, que le gros barbu et ses increvables montures sont incapables de livrer la marchandise. Mais s’est-on jamais donné la peine de démonter pièce par pièce cette supercherie vieille de cent cinquante ans ? Le mensuel new-yorkais Spy l’a fait. Avec une rigueur toute scientifique.

  Si vous connaissez un tant soit peu la nature humaine, vous savez qu’il est fort improbable qu’un homme normal choisisse, sans raison particulière, de consacrer sa vie à fabriquer des jouets et à les distribuer aux petits garcons et aux petites filles du monde entier. Mais comme il s’agit d’une enquête objective, les questions de motivation n’ont pas à être prises en compte. Nous voulons seulement savoir si un tel homme pourrait accomplir sa mission.

  Commençons par une mauvaise nouvelle. Le traîneau du Père Noël est soi-disant tiré par des rennes volants. Après d’intenses recherches, on n’a malheureusement trouvé aucune espèce de rennes connue à ce jour sachant voler. Mais il y a encore des raisons d’espérer, si on pense qu’il y a plusieurs millions espèces d’organismes vivants qui ne sont pas encore classées. Même si la plupart de ces espèces sont des insectes et des germes, rien ne permet d’exclure complètement l’existence de rennes volants que le Père Noël est cependant le seul à avoir vus jusqu’à présent.

  Passons à la charge de travail du Père Noël. Il y a environ 2 milliards d’enfants dans le monde. On obtient ce nombre en se limitant aux personnes âgées de moins de 18 ans, puisque c’est l’âge moyen en apparence raisonnable, mais variable en fait selon les individus, pour lequel le Père Noël perd toute crédibilité. Puisque le Père Noël ne s’occupe pas des enfants musulmans, hindous, juifs et bouddhistes, cela réduit la charge de travail à 15 % du total, en fait 378 millions selon le bureau de recensement de la population mondiale. Avec une moyenne de 3,5 enfants par foyer, cela nous donne à peu près 91,8 millions de foyers. Bien entendu, on suppose aussi qu’il y a au minimum un enfant sage dans chaque maison (la plupart des enfants recevant des cadeaux, les standards de sagesse du vieil homme ne sont manifestement pas bien haut).

  Le Père Noël a au moins 31 heures de travail pendant la nuit de Noël, à cause des différents fuseaux horaires et de la rotation de la terre, et en supposant qu’il voyage d’Est en Ouest (ce qui parait tout de même logique !). Cela nous amène à 822,6 visites par seconde ; c’est-à-dire que pour chaque foyer chrétien avec des enfants sages, le Père Noël dispose d’un peu plus d’un millième de seconde pour se garer, sauter hors du traîneau, dégringoler par la cheminée, remplir les chaussettes de jouets, placer le reste des cadeaux sous le sapin, manger les quelques restes du repas qui traînent, remonter dans la cheminée, remonter dans le traîneau et passer à la maison suivante. En supposant que chacun de ces 91,8 millions d’arrêts sont équitablement répartis sur la surface du globe (ce qui bien entendu est complètement faux comme nous le savons, mais que nous admettrons comme d’habitude dans l’intérêt de nos calculs), en le supposant donc, nous en sommes maintenant à une maison tous les 1,26 kilomètres pour un voyage total de 121 155 200 kilomètres, sans compter les voyages transocéaniques, les arrêts pour le fourrage des valeureux rennes et pour faire ce que la plupart d’entre nous doivent faire au moins une fois toutes les 31 heures.

 Cela veut dire que le traîneau du Père Noël se déplace à une vitesse moyenne de 1 040 kilomètres par seconde, soit 3 000 fois la vitesse du son. On est certes encore loin des vitesses relativistes, mais, à titre de comparaison, le véhicule le plus rapide jamais fabriqué par l’homme, la sonde spatiale Ulysse, se déplace à la vitesse relativement étriquée de 43,8 kilomètres par seconde, et un renne conventionnel, donc non-volant à priori, plafonne à 24 kilomètre par heure. Supposons toutefois que les rennes volants sont capables d’atteindre des vitesses supersoniques grâce, disons, à l’effet de l’esprit de Noël.

  La charge pesant sur le traîneau est un autre élément intéressant de l’enquête. En supposant que chaque enfant reçoit en tout et pour tout un jeu de  Légo de taille moyenne (poids d’un kilogramme), le traîneau transporte alors environ 321 000 tonnes, sans parler du Père Noël qu’on a toujours décrit comme étant ostensiblement obèse. Sur terre, un renne conventionnel ne peut pas tirer, disons, plus de 150 kilos. Même en supposant qu’un renne volant (s’il en existe) puisse tirer 10 fois la charge normale, on n’arrive pas au résultat avec 8 ou même 9 d’entre eux. Non, il faut en fait 252 000 rennes ! Un renne (anémique) pesant en moyenne 75 kilos, on arrive à une charge totale de 396 000 tonnes sans compter le traîneau ! Finalement, 396 000 tonnes se déplaçant à 1 040 kilomètres par seconde provoquent une énorme résistance de l’air. Les rennes sont en fait élevés à la même température qu’une navette spatiale rentrant dans l’atmosphère terrestre. Les deux rennes de tête absorbent une énergie de 14,3.1030 joules. En résumé, ils se désintègrent presque instantanément, exposant les rennes qui les suivent. Les 252 000 rennes sont donc entièrement pulvérisés en moins de 4,26 millièmes de seconde. Le Père Noël, entre-temps, est soumis à une force centrifuge égale à 17 500 fois la gravité terrestre. Un Père Noël de 150 kilos (poids, répétons-le, ridiculement sous-estimé) serait cloué au fond de son traîneau par environ 2 275 tonnes de pression. Cette force le tuera sur le coup, lui broyant les os, pulvérisant sa chair, le transformant en gelée rose.

  Conclusion de l’enquête : si un jour le PèreNoël a vraiment livré des jouets la veille de Noël, il est maintenant mort depuis longtemps. Désolé pour ceux qui perdent ici leurs dernières illusions.

 

L’imagination est débordante , l’imaginaire contribue à nous incarner , ou nous désincarner comme … dans ce cas précis !
 
Sans rancune Père Noèl !   
… à chacun de vous cependant et ce , très Sincèrement !
 
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s