Un site utilisant WordPress.com

OCEANS

 

Océans

.
Un Film de Jacques Perrin , Jacques Cluzaud
.
Bientôt sur les Ecrans !
.
Le Synopsis :

Le thème de Océans , film réalisé par le créateur de « Lepeuple singe » , « Microcosmos » , « Le Peuplemigrateur« ; JacquesPerrin et Jacques Cluzaud offrent en spectacle le monde sous-marin et les espèces qui le peuplent . Entre splendeur et vulnérabilité , le réalisateur du Peuple migrateur nous transporte dans les fonds marins.

Le Résumé : 

Filer à dix noeuds au coeur d’un banc de thons en chasse , accompagner les dauphins dans leurs folles cavalcades , nager avec le grand requin blanc épaule contre nageoire … Océans c’est être poisson parmi les poissons .
 
..
.
Ce film nous entraîne , grâce à des techniques de tournage inédites , au coeur des océans à la découverte de créatures marines méconnues et ignorées .
Océans s’interroge sur l’empreinte que l’homme impose à la vie sauvage et répond par l’image et l’émotion à la question : « L’Océan ? C’est quoi l’Océan ? »
 
Progressivement , l’homme s’est aventuré sur la mer.
Ses découvertes furent autant de conquêtes .
Naviguant au-dessus d’un monde mystérieux , il n’en soupçonnait pas l’infinie richesse et diversité .
Si les secrets océaniques ont fasciné les explorateurs , ils ont aussi fait naître les convoitises .
On n’a jamais tant découvert , on n’a jamais tant agressé .
Et pourtant , la mer est encore un immense territoire sauvage .
Les portes océanes offrent toujours des espaces de liberté illimités .
La mer , les bateaux , les poissons , c’est ce que dessinent les enfants .
L’histoire naturelle des espèces cachées dans la mer est un merveilleux conte du vivant …
 
Océans n’est pas un documentaire mais un opéra sauvage.
Chaque plongeur cameraman , chaque opérateur a apporté des fragments de la partition :
Celle d’un hymne à la mer . 
 

.

 
Ce film a décidé de parcourir les mers du monde pour offrir « un témoignage unique sur la fragile beauté d’un monde en voie de disparition. »
.

Médusesdorées de Richard Hermann
. 
Les auteurs ont souhaité créer une proximité entre le spectateur et le monde sous-marin. Il est donc nécessaire de garder à travers les images cette impression de vitesse et de vitalité. Pour cela ils doivent faire face à un défi technique….cela ne doit pas être un documentaire animalier mais un film de cinéma.
.
.
.
les réalisateurs ont imaginé un caisson étanche et hydrodynamique équipé d’une caméra numérique.
Cette même caméra est placée dans des torpilles tractées à grande vitesse derrière un bateau pour filmer les thons et les dauphins en déplacement.
Pour réaliser leur rêve, cette caméra est fixée sur un scooter sous-marin et sur un engin hybride mi-air/mi-eau qui filme la surface et sous l’eau en même temps.
L’exploit technique n’est pas complet sans des images aériennes réalisées à partir d’un mini-hélicoptère télécommandé.
.

Labreà tête de mouton de Koji
.
Au-delà de la prouesse technique, ce film est un cri d’alarme sur l’état de nos océans. Et cela fait donc plus de 4 ans que Jacques Perrin travaille, avec ses équipes, sur ce projet. Pour lui d’ailleurs, « on ne peut plus se contenter de rabâcher que les océans sont malades: ils sont quasi condamnés.

Une étude publiée récemment dans la revue Science prévient que, au rythme où nous les exploitons, l’essentiel de la vie marine aura disparu en 2048. C’est vrai. Les poissons pélagiques des grands fonds, les thons, les sardines… tous sont menacés. 90% des requins ont été décimés. Pourtant, les étals des poissonniers regorgent de marchandises, comme si de rien n’était. Comme si tout allait bien. Sauf que ces poissons ne viennent plus de nos côtes, comme autrefois. Ils ne sont plus le fruit d’une pêche traditionnelle, artisanale, mais le fait d’un ratissage méthodique, perpétré par une industrie. Quel épouvantable gâchis ! »


Requinet plongeur de Pascal Kobech

Durant le tournage, il a fallu attendre les poissons, ces « baromètres des bouleversements climatiques » qui, avec le bouleversement du régime des courants, ne sont plus au rendez-vous, ou arrivent en retard dans les zones où on a l’habitude de les voir selon les saisons.


Baleineà bosses et baleineau de Roberto Rinaldi

Son film n’a donc pas la prétention de dire ce qu’il faudrait faire. Jacques Perrin estime qu’Al Gore ou Nicolas Hulot s’en acquittent mieux que lui. Il souhaite seulement « toucher les gens, accrocher leur attention et leur mémoire avec de l’émotion », un peu à la manière de Yann Arthus Bertrand avec ses photos et le film Home. « Il faut qu’on ressorte de ce film en se disant qu’on ne peut pas laisser faire, qu’on ne doit pas se résoudre à la disparition de toutes ces espèces. De toute cette richesse, dont on ignore encore l’essentiel. » (Extrait du Plongeur.com)

Le diaporama du film , clic  image :
 
 

Et ici , le site du film , clic : 

 

En conclusion je dirai que ce film est de toute Beauté , aux images insolites souvent fortes et surprenantes , sans concession . Une seule chose me dérange : certains noms dans la liste des sponsors …  EDF , Total , etc … pollueurs notoires et destructeurs des fonds marins ?!! …
 
animaux baleine bal 8 gif
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s